•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les temps sont durs pour les automobilistes. La hausse récente des prix du carburant n’est venue qu’enfoncer le clou dans leur plaie puisque le prix des voitures neuves a lui aussi connu une hausse qui est loin de plaire à tout le monde. Explications et gros plan sur les nouveaux prix des modèles à moins de 50.000 DT.

Le prix des voitures neuves a connu une nette augmentation ces dernières semaines en Tunisie. Celle-ci n’a surpris personne dans la mesure où le glissement du dinar par rapport aux devises étrangères a été particulièrement perceptible, notamment face à l’euro, au dollar américain et au yen japonais qui sont les monnaies avec lesquelles les concessionnaires automobiles tunisiens règlent leurs fournisseurs.

Ce glissement s’est donc inévitablement traduit sur le prix du neuf dans le réseau officiel qui s’est retrouvé dans l’obligation de répercuter ces hausses afin de maintenir ses marges bien malgré lui dans la majorité des cas. En effet, les concessionnaires sont parfaitement conscients que la hausse des prix n’est absolument pas favorable à leur activité car l’acquéreur potentiel d’un nouveau véhicule n’a pas vu son pouvoir d’achat augmenter pour autant.

Pire encore, ces mêmes importateurs ont dû se contenter jusqu’à présent (fin juin 2017) d’un quota de voitures limité par le ministère du Commerce et de l’Industrie à 75% de leur volume d’importations de 2016. Là aussi, le manque de visibilité commerciale et cette limitation empêchent de pouvoir effectuer des prévisions sur le long-terme et de négocier de meilleurs prix avec les constructeurs automobiles en amont.

Toutes les catégories de voitures ont connu des hausses au cours des 3 derniers mois. Sur le segment des petites berlines compactes,  la Chery QQ 5 CV est passée de 22.900 DT à 24.600 DT aujourd’hui. La nouvelle Suzuki  Celerio, arrivée récemment sur le marché à 25.600 DT, a augmenté de 2300 DT pour s’afficher actuellement à 27.900 DT.

La Fiat Panda Easy a également vu son prix passer de 27.980 DT à 30.280 DT tandis que le Hyundai  Grand i10 GLS a passé la barre symbolique des 30.000 DT pour s’afficher à 30.950 DT.

Chez Morris Garages également, la MG 3 (finition confort) est passée de 30.280 à 32.100 DT. Idem pour la Suzuki Swift passée à 32.900 DT. Chez Ford, la Fiesta en version Titanium est vendue désormais à 36.980 DT alors qu’elle était encore récemment à 34.980 DT.

Du côté d’Ennakl Automobiles, représentant les marques du groupe Volkswagen, la Skoda Fabia a vu son prix augmenter de 3000 DT pour atteindre 33.980 DT. En finition Ambition, le même modèle est passé de 33.980 à 37.480 DT. En version Drive MPI, elle est passée de 36.980 à 40.480 DT. La Seat Leon a également augmenté de 2000 dinars pour atteindre les 46.800 DT. Quant à la Seat Ibiza, elle coûte désormais 33.480 DT (au lieu de 31.480 DT).

Autres hausses significatives enregistrées sur les nouveaux arrivages des berlines tricorps, celles des Peugeot 301 (qui ont augmenté de 4000 DT environ selon les versions) et Renault Symbol (4000 DT d’augmentation entre mars et juin 2017). La Chery E3 est passée elle aussi de 31.700 à 34.200 DT. La Citroën C Elysée coûte désormais 34.990 DT au lieu de 31.700 DT.

La hausse a de même touché la Fiat Tipo dont le prix est passé de 36.900 à 42.000 dinars. La Suzuki Ciaz a également augmenté passant de 37.700 à 39.900 DT. Même son de cloche chez Toyota avec sa Yaris Sedan qui a augmenté de 2200 DT pour se vendre désormais à 39.900 DT. La MG GT de Morris Garages est passée pour sa part de 39.000 à 41.400 DT.

Les chinoises BAIC ont elles aussi revu leurs prix à la hausse passant de 38.900 à 41.500 DT pour la Kenbo S2 et de 41.900 DT à 44.500 DT pour la Kenbo S3. La Dacia Logan MCV est vendue désormais à 34.500 DT après avoir été proposée à 30.950 DT.

Au-delà de ces modèles, il faudra compter des budgets supérieurs à 50.000 DT pour des véhicules qui ont, eux aussi, connu des augmentations très significatives.

©Sayarti


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •